1. Sur le forum de RedCode :
  2. Absences..;,Le 24 Mai 2017 10h48
  3. Comment t'es venue cette idée...,Le 09 Déc. 2016 15h08
  4. Femme fontaine,Le 06 Sept. 2015 00h29
  5. Monsieur chat,Le 03 Août 2015 15h24
  6. Wishlist pates wars,Le 02 Juil. 2015 14h09

Dompter le lion (partie 1 )

Fermer
Dompter le lion (partie 1 )

Dompter le lion (partie 1 )

Texte érotique publié le 07 Janvier 2016 à 14h12 Ajouter cette contribution en favoris

Dompter le lion (partie 1 )Dompter le Lion –

Ma chambre à l’autre bout du couloir, le bruit feutré de mes talons sur la moquette avec en tête l’issue qui se trouvait derrière la porte de la chambre 718, 7ème étage.

Paris fin décembre 2014

Ce qu’il faut savoir est qu’un lion ne se dompte pas…

Je me souviens très bien de ma main tapotant la porte afin d’indiquer ma présence, son ouverture et ton sourire dans l’encadrement de la salle de bain, à demi nu à passer ta tête pour me saluer. Ce que tu ne sais pas c’est l’information que mon cerveau m’envoya précisément à ce moment : ‘Bordel il est encore plus beau ! Massif ! Waoow ma Red tu vas te régaler ! »

Pas de passion débordante, pas de frénésie. J’ai allumé les bougies et mis de la musique parce justement pour écrire ensuite il me faut me replonger dans cette musique. Ce fut cette fois l’album d’APPART, « Krieg und Freiden (Music for Theatre) » que j’écoute justement en écrivant. Sorti de la douche, nous nous embrassâmes comme deux amis, en enlevant mes talons je me dis que tu devais bien mesurer 1.88m…presque 30cm de plus que moi.

Nous avons discuté longuement sur le lit, nous retrouvant peu à peu, retissant la complicité simplement. L’ambiance changea en frôlements de corps et subitement quand tu te levas et te mis nu d’un coup sec ! Je fus déçue de ne pas t’avoir effeuillé doucement, tirant ton slip de mes dents ! Je te le dis et tu marquas le ton de soirée par un : « c’est comme ça, tu n’auras pas tout ! » Accompagné d’un sourire renversant. Je ris…parce que tu me plais….que je voyais tes cuisses robustes plantées devant ma figure. Tu sautas sur le lit je compris que tu voulais que je te masse…..

J’avais donc sous ma paume ce dos large, la peau dorée et le muscle tendu par une semaine que tu me décrivis comme éprouvante…j’allais effacer de mes mains et de ma langue tous les tourments qui nous avaient fatigués. Le voyage immobile était là pour une ivresse salvatrice.

L’huile parfumée au jasmin, les bougies et cette musique…j’avais chaud, si chaud… A califourchon sur tes fesses, je me dévêtis, ma robe vola au-dessus de ma tête, mon collant résille jeté hors du lit je dus, je crois, garder mes sous-vêtements.

Je sentais ma peau se tendre et la tienne réagir, mon souffle dans tes tremblements, je m’excitais à te caresser et à imaginer la suite. Je dus enlever mon soutien-gorge et faire tomber mes seins lourds contre ton dos, les glisser de tes épaules à tes fesses les accompagnant de ma langue.

Tes fesses, tes fesses poilues ! j’en salive encore !

Je crois que c’est la première fois que je pris autant de plaisir à lécher des fesses d’ailleurs…Et tu me les offris de manière exceptionnelle, j’en fus troublée pour ces deux raisons.

Je te massais, mes mains commençaient à écrire une histoire plus érotique, à tourner autour de tes couilles et écarter doucement tes cuisses. Tu montas tes fesses pour dégager ton sexe alors qu’allongée entre tes jambes je tirais ma langue pour lécher tes burnes écrasées dans le matelas. Je perçus ce mouvement ascendant qui mis ton anus sur la pointe de mon nez, ma langue repris son chemin, explorant cette fois tes fesses rebondies et à portée de ma gourmande bouche. De ma main à sentir ton membre se raidir et de ma bouche à gouter ton mystérieux orifice qui devenait si tendre. Je voyageais déjà….Et je ne pus résister à venir t’embrasser, tes bras me plaquèrent tout en me retournant, ta bouche contre la mienne et nos langues en joute humide et salivaire. Tu étais là contre moi à m’enrouler de tes jambes puissantes, j’aime ton corps ainsi. Si viril et fort, je sens que je peux vite être désarmée, contrôlée.

Les lions ne se domptent pas, ce sont des animaux fous et voraces.

Les langues s’enroulèrent, baveuses, déterminées et lubriques.

Je voulais ta puissance, développer le mienne…J’aimais cette sensation d’écrasement sous ton corps massif, sentant ta bite dure contre mon ventre moelleux et la détermination de nos envies. Je désirais ta force et je lisais et sentais que tu allais m’en donner comme jamais.

Ta main dorée, grande, ferme empoigna mes cheveux, un geste vif qui marquait de manière immédiate le ton qui serait donné durant cette courte nuit. Je serais donc en position de femelle et toi de mâle (dominant).

‘Suce –moi Red …J’adore quand tu me suces’, c’était demandé si gentiment et si fermement, j’en fus troublée, excitée…Emue.

Un baiser avant de descendre lentement de ta bouche à ton sexe, ce nez que je plaquais sur ta peau, un voyage parsemé de fragrances musquées.

Chaque millimètre de ton odeur réveillait parallèlement chaque parcelle qui tapissaient mon vagin, jusqu’à le rendre moite !

J’avais chaud et j’étais humide à te sentir ainsi, mon corps bandait, il était en tension…palpable. J’étais encore dans un avant, un réel qui se fantasme et qui attend de jouir et crier. J’avais envie de te manger et salivais déjà ton sexe comme le ferait une gourmade derrière une petite vitrine de sucreries.

A cet instant j’avais la pointe de mes narines pressée contre tes couilles, je ne bougeais plus, frémissante entre tes cuisses, j’attendais que les molécules odorantes me pénètrent les sens jusqu’ à me faire perdre la raison, les mains accrochées à tes cuisses, j’en tremblais de désir.
Mon cerveau tournait plein régime m’envoyant des flashs dégueulasses et pornographiques, des visions de bouche et de queue, de sperme, de salive, d’odeurs de cul ! Je savourais ce moment vif, stimulant et cérébral.

Ta queue sentait l’excitation contenue, ce petit parfum épicé et cochon au bout de ton gland, cela me mis une petite claque sur les fesses à le percevoir dans ma narine !

Ce gland chaud et gorgé qui était à la commissure de mes lèvres, je le tenais en te fixant…Jusqu’à ce que tu comprennes (sans doute) que je résistais de me l’enfoncer tendrement …durement…dans cette bouche qui te rêvait depuis des mois.


TA BITE !

Cet instant silencieux et tendu, hors de toute action, le gland dans la bouche j’attendais que tu me baises, nos regards l’un dans l’autre, une pause vicieuse qui savourait le moment à venir. J’attendais, suppliante, un filet de salive sur le menton, que tu te décides à fourrer ta verge dure dans le moelleux de mon palais.
Cet instant arriva FERME et DECIDE !

Tu fis quelques allers retours et te relevas comme fou ! Me tirant et m’attrapant les pieds furieusement sans mot dire , haletant comme une bête essoufflée, j’avais fait un 180° sur le lit, j’étais tête hors du matelas, sur le dos et tu venais de te mettre debout, ma bouche entre tes cuisses … ça sentait le vice à s’en écarquiller les yeux !

Quelle vision : Tu me surplombais ta queue serrée dans le poing, j’eus juste le temps de dire « Oh oui pénètre – moi ainsi Hakim ! » Que je pris 3G de queue dans la gorge.

‘Oh oui je vais te baiser ma Red tu me rends dégueulasse ! ‘

Tout ton corps dans un élan de bassin, ta bite jusqu’aux couilles et moi renversant ma tête afin de te recevoir encore plus au loin, des spasmes jusqu’aux jambes à te sentir si profond…Tout mon corps était crispations, mon vagin me brulait et je fus tellement contractée que je dus me pisser dessus ! La bouche dégoulinante de mes écumes je t’entendais souffler et dire :

‘ahhhhhhh !!!! Tu m’excites ! Je te baise, je te défonce…la bouche !’

Jamais je n’avais permis à quiconque de prononcer ces mots et encore moins de m’en exciter…Sans doute que la complicité amicale entre nous me faisait découvrir que je pouvais devenir plus animale au contact de certains caractères (charismes) …Troublée et excitée je me laissais emporter par cette pornographie ambiante, naissante, nouvelle dans tes bras.

C’était pour moi un moment tendre, fusionnel et cochon, j’étais en confiance, je ne te craignais pas et je pouvais te laisser rugir à ta guise. Tu saillissais ma bouche, tous muscles tendus, grognant ton plaisir en poussant ton bassin en direction de ma gorge. Je me bavais dessus, menton luisant et yeux trempés de larmes…Tu vins me pincer le nez et mon corps fit un bon, mon cerveau pissait le vice et je me mis à éjaculer violemment, sortant ta queue de ma bouche pour te dire :

‘ENCORE ENCORE ENCORE’. Que n’avais –je pas dit là !

J’étais déjà transpirante et tu redoublas de fougue, je sentis tes couilles collantes s’appuyer encore plus virilement sur mes lèvres, comme si cela avait pu être possible. C’était brutal et propice à me faire fuir, mais cette fois, avec toi je me sentais libre, si libre…Je compris alors que je voulais que tu me domines comme un mâle le fait de sa femelle

Tout cela portait ma féminité aux nues. Une once de raison encore me fit me demander comment toi, tu vivais la scène. J’aurais aimé être toi à cet instant, savoir te prendre ainsi et tirer tes cheveux, te voir entre mes cuisses, crinière rouge en bataille, visage souillé de ma sueur. Je voulais être toi et voir cette femme en possession qui m’incitait, m’exhortait à la baiser encore et encore.

Je suis TOI….Je suis HAKIM, je suis le LION …Je suis un Homme… Enfin.

"Elle m'excitait tellement que je voulais lui cracher tout mon plaisir au visage, cet ange aux grands yeux doux, serait bientôt couverte du vice qu'elle pistonnait en moi. Mon corps bandait tellement que je voulais lui montrer que les tensions qu'elle imprimait en bas de mes couilles finissaient par me faire mal à l'entre cuisse ! Mes tempes vissées dans son étau fornicateur, j'en avais la mâchoire douloureuse aussi ! C'en était trop !

Des mots dégueulasses tournoyaient dans mon crâne et je me concentrais pour ne pas lui crier...elle détestait ça les mots vulgaires. Je me contentais donc de lui attraper la crinière sèchement afin de lui montrer l'effort que je devais fournir pour contenir mon vocabulaire.

J'étais dans une transe pornographique douloureuse et pinçante qui commençait à faire poindre une jouissance d'une puissance folle, et elle, elle me fixait de ses grands yeux avec sa bouche dégoulinante de ses écumes salivaires...Vicieuse gourmande qui savait où elle allait me mener.

J'étais fou, elle gouterait à ma tempête !

Je me sentais massif, fort et viril à lui pilonner ainsi la bouche, elle était entre mes cuisses et mes couilles frappaient ses lèvres…Elle m’en demandait ‘encore !’ Mais elle dégoulinait déjà de partout ! …Je glissais dans son orifice, elle offerte jusqu’à la gorge, mes jambes en tremblaient d’excitation de la voir ainsi, mes tempes me serraient et ma queue était tellement tendue qu’elle m’irradiait jusqu’à l’aine. Tout mon corps tendu, je bandais de partout, voir sa tête entre mes cuisses et ma bite disparaître dans sa bouche, sentir qu’elle y prenait un plaisir intense… J’étais dans un tourment inexplicable….

Elle agrippaient ses mains à mes fesses et elle me tirait à elle si fort… N’en avait –elle pas assez dans la bouche ! Tout cela me rendit plus enclin à la pénétrer plus loin encore, ne ménageant aucunes de mes pulsions …Ma hampe, Oh ma hampe, je la sentais glisser entourée de ses lèvres rouges sang et sa langue m’enroulait comme une amoureuse, mes couilles frappaient son menton…Quand mon gland forçait le passage de sa glotte comme il l’aurait fait avec son anus…J’étais dans une grâce entrechoquée de cochonneries…Je taisais les mots crades qui me sautaient au crâne…Je me forçais à les taire !

Ce petit ange aux grands yeux s’était métamorphosée en démon, lubrique, cochonne, elle restait néanmoins sur le fil érotique, c’était tendu mais pas vulgaire, elle tenait la dragée haute…C’était sa puissance érotique et ça m’excitait FORT. Avoir entre les cuisses la DAME à la bouche et elle me l’offrait la S…. ! Gourmande, vicieuse, appliquée et collante. Elle transpirait, les odeurs de jasmins et de cul me revenaient aux naseaux tout en écoutant les mots muets qui résonnaient dans ma tête et tendait ma queue : ‘Je baise LA BOUCHE’

Ses yeux étaient humides d’avaler ma queue de la sorte depuis de longues minutes, je lui tenais la tête fermement lui impulsant mon rythme, elle écumait, elle aimait cela, je le lisais dans son regard.

‘Viens je vais de manger la chatte !

-Attends…ENCORE ENCORE’ dit-elle en reprenant mon sexe pour l’enfoncer dans sa bouche !

Ce ENCORE me rendit dingue, le menton luisant, les yeux fermés, pendue à mon sexe elle se tortillait entre mes jambes sa main entre ses cuisses, elle caressait sa chatte ! Diablesse !
Il était trop tard je l’entendis crier : ‘j’éjacule à te sucer regarde !’ puis ses spasmes et ma verge en bouche elle fut de nouveau quasi muette, me tirant à elle pour augmenter les pénétrations, le poids entier de mon corps basculant dans sa bouche.

‘Tu aimes ça Red que je te prenne ainsi….Oh oui tu aimes ma queue ça se voit ! »

Je forniquais tel un diable ; le gland boursouflé, chaud ; au bord de la jouissance…Je me retirai prestement, la tirant par les pieds afin de l’amener au milieu du lit, écartant ses cuisses ronds pour me jeter la tête dans sa chatte ! J’entendis son long râle et un lointain ‘Putainnnnnn….’
Sa main se crispait sur mon crane… Qu’elle était sublimement offerte,,. Juteuse, je l’avais au bord de mes lèvres, à moi cette fois de te lui faire la leçon ! Je pressais mon nez sur sa vulve à l’en pénétrer, elle gémissait en serrant ses cuisses contre mes tempes comme pour m’étouffer ! Je pris une grande respiration en la regardant et en plongeant ma langue dans sa chatte, son piercing sur ma lèvre supérieure. Elle avait des odeurs de vice sa chatte, et elle, elle se tortillait tête en arrière, elle s’agrippait aux draps cuisses ouvertes, abandonnée à mes coups de langue !

Je bandais dur !

Que pouvait-elle bien dire ? Je ne comprenais rien, j’étais dans ses bruits liquides et trop excité pour l’écouter, la bite contre le drap. J’étais un animal …Elle me donnait des coups de reins comme un homme, la transe !

Sa chatte de jeune fille me poussait au vice, à la perversion, je l’ouvris de mes doigts…Déflagrations….elle hurlait de plaisir et ses petits flots inondaient mon majeur .J’ étais tendu, ma bite battait comme un cœur, en relevant la tête je compris qu’elle avait succombé à mes assauts, elle soufflait comme une bête : Je lui mis 2 doigts en la fixant !

Son corps se remis à vibrer, petite mécanique que cette femme, étonnante dans ses abandons. Je me mis à jouer ainsi à la faire jouir plusieurs fois, le matelas était trempé et ses orgasmes me donnaient des désirs vils, mes bas instincts tambourinaient dans mes couilles et il fallait que je me vide !

Je me redressai et la tira encore très fermement cette fois ‘viens ici ! je vais jouir dans ta jolie bouche !’

Mon érection me prenait toute pensée lucide, de la racine du gland à l’anus, j’avais cet arc douloureux, il fallait qu’elle me soulage et qu’elle éteigne ce qu’elle avait allumé. Je vins m’asseoir sur sa bouche, à califourchon et tout mon poids se concentra sur mes couilles et son visage….Mes organes génitaux frottaient son visage, ça poissait.

Elle sortait sa langue et tentait de me goder la bite mais je tenais bon et je frottais ardemment sans qu’elle ne me prenne en bouche. Sa face était glissante comme une chatte, j’allais et venais sexe en avant avec des mouvements de bassins amples et virils. Elle essayait de me bloquer afin de pousser mon sexe dans sa bouche et je ne la laissais pas faire…pas tant qu’elle ne soit pas liquéfiée de désirs. Je la sentais se trémousser sous mes couilles, je l’entendais grogner mais j’attendais qu’elle crie ‘je te veux, je veux ton pieux… !

‘ Mais j’avoue que j’avais moi aussi du mal à résister et que je sentais les signes annonciateurs d’une pré-éjaculation ; je perlais et mes couilles étaient comme des poings serrés.

Elle me bloqua les reins d’un coup sec ‘Oh prends – moi ! Baise-moi, je veux ta queue’

Point d’autre mot pour que je l’empoigne et que je m’enfonce dans sa gorge beuglant : ‘Ah tu le veux ! LA VOILA ! ‘

Je suis le lion de RED et c’est moi qui décide de ce que je lui donne où de ce quoi je la prive, je me sentais moi-même !

Je l’honorais de mon sexe, tenant sa chevelure et mon vocabulaire s’échappait, je crois. Cette harmonie emprunte de dégueulasserie m’étonnait autant qu’elle me grisait…Nous étions ensemble de vrais démons !

J’avais les muscles durs et la pénétration profonde, j’étais rigide et je menais la danse. Je ne mis pas trop longtemps pour sentir la jouissance me monter à la tige….Tout tapait, ma queue, mon gland, mes tempes et mes couilles sur ses lèvres J’allais pisser mon sperme à grands éclats de tensions trop contenues, j’étais maintenant comprimé dans sa bouche et elle tournait encore sa langue pour me caresser alors que je le fourrais encore !

Ses yeux pleuraient, elle était toute souillée, elle arrivait parfois à crier ‘ENCORE ENCORE !’ le dernier sans doute !

L’érection, les saccades de sperme qui montait dans ma tige, irradiée, présente, mon cerveau sucé dans ma hampe… Bordel elle allait cracher ma salope de queue, elle me faisait comme un nœud !

Toutes mes énergies pointaient, je sentais les gorgées de semences arriver, je m’enfonçais profondément, comprimé, serré, je me libérais ENFIN à l’en étouffer ! Ecrasant mes couilles contre ses lèvres, sa bouche saillie, baisée, tapissée, gorge maculée de mon jus épais.
C’est là que je compris qu’elle avait sa main (encore) sur son clito et qu’elle venait de jouir, la matelas trempé de ses jets.

Jambes tremblantes, vide et vidé je m’endormis dans ses bras, mon menton collant de son jus de chatte. J’entendis vaguement le bruit de la douche, les sensations glacées de son corps encore humide me rejoignant’


JE REDEVINS MOI….FEMME

Je sortis ta verge de ma bouche, je venais d’éjaculer à te sentir me posséder ainsi, à me faire taire, la bouche emplie de ton ardeur. Menton maculé de bave épaisse et des odeurs de sexe, ta bite entre les mains, cuisses trempées de ma jouissance…


Seuls les membres peuvent commenter

  1. VDominari, 16 Avril 2016 09h56
    Whaou !
  1. gege0606, 16 Nov. 2015 22h55
    Quel récit !!! Merci
Cette contribution est un extrait gratuit de ce que mes membres peuvent voir

Mes autres articles pouvant vous plaire :


Ce site contient du matériel sexuellement explicite : du texte, des photos, et des vidéos montrant des actes sexuels.
Toutes les personnes prenant part aux scènes présentées dans ce site sont majeures et consentantes. Tout le matériel présent est en accord avec la loi française.

En prénétrant sur ce site, vous déclarez :

- Avoir atteint l'âge légal de majorité tel que défini dans votre pays de résidence.
-Avoir conscience du caractère érotique et pornographique de ce site de sexe amateur.